16 octobre 2008

Devant tableau noir, billet blanc

Léopold
Posté par Revista à 16:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 octobre 2008

Ce petit mot pour vous rappeler...

L'existence d'un débat très intéressant sur Les Liaisons Dangereuses : ICI Mais aussi pour vous inviter à vous rendre chez Solko pour y lire sa chronique sur Louis Guilloux, franc-tireur Partie 1 Partie 2 Partie 3 Une excellente lecture à vous!
Posté par Revista à 17:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
13 octobre 2008

Mieux vaut 2 chats qui parlent entre eux...

Webchoc.com : Deux chats se parlent entre eux !Vidéo envoyée par aloadesbahamas ... Qu'une réunion au sommet qui s'exprime sur la crise...
Posté par Revista à 07:54 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Il faut imaginer l'homo-economicus heureux

"La vérité est personnelle. Prenez garde : tous ne sont pas dignes de la confidence." C'est sur ces mots de René Char que s'achève pour moi une nouvelle semaine. Hier, je mettais en avant le cri rimbaldien 'à la science et en avant, crie l'Ecclesiaste moderne'. Que nous reste t-il de cet appel? Que nous reste t-il de l'Ecclesiaste 'tout est vanité'? A travers diverses réunions, j'ai pu mesurer à quel point l'avenir de l'enseignement des arts était menacé. L'Ecclesiaste moderne n'est plus la doxa, il est l'homme du... [Lire la suite]
Posté par Revista à 19:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Jean Ferrat Camarade

Jean Ferrat CamaradeVidéo envoyée par Brel12 Une des musiques de mon top5 qui m'est spontanément revenu à l'esprit, merci à Rosa, car cela faisait longtemps que je ne l'avais pas écouté.
Posté par Revista à 18:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Arthur Rimbaud, L'éclair, 1873

Le travail humain ! c'est l'explosion qui éclaire mon abîme de temps en temps.     "Rien n'est vanité ; à la science, et en avant !" crie l'Ecclésiaste moderne, c'est-à-dire Tout le monde. Et pourtant les cadavres des méchants et des fainéants tombent sur le cœur des autres... Ah ! vite, vite un peu ; là-bas, par-delà la nuit, ces récompenses futures, éternelles... les échappons-nous ?...     — Qu'y puis-je ? Je connais le travail ; et la science est trop lente. Que la prière galope et que la... [Lire la suite]
Posté par Revista à 18:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 octobre 2008

Tagué!

Musique maestro... Rosa m'a tagué et je dois vous dévoiler 5 musiques qui me viennent à l'esprit. Officiellement qui définissent mon univers musical. Je libère les titres car ils pourraient très vite s'envoler... - Canon de Pachelbel - Let it be des Beatles - Mrs Robinson, Simon and Garfunkel - Camarade de Jean Ferrat - Amsterdam de Jacques Brel Je devrais taguer plusieurs d'entre vous mais je dois avouer que je n'ose pas trop tant cet exercice m'apparaît compliqué. Alors si, parmi vous, quelqu'un se sent... [Lire la suite]
Posté par Revista à 18:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 octobre 2008

Créer c'est résister, Résister c'est créer...

On m'a demandé de transmettre ce message du CNR et je n'y vois aucune objection, je trouve vraiment très bien qu'un tel message soit véhiculé en ces temps vraiment très troubles pour tout ce qui peut me (nous?) plaire dans la vie.
Posté par Revista à 17:55 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 octobre 2008

Les Liaisons Dangereuses

Autour de la thématique des Liaisons dangereuses, plusieurs interrogations. J'aimerais que vous y répondiez pour que je puisse prendre un peu de distance par rapport à ce texte. C'est un peu comme le jeu de l'association d'idées. Indiquez-moi ce que vous évoque l'ouvrage (plusieurs réponses possibles, toutes sont plausibles). Les Liaisons dangereuses, oeuvre : Féministe? Machiste? Libertine? Libertaire? Sur la lutte des classes? Immorale? Morale? Comique? Tragique? Personnage(s) principal(ux) : ... [Lire la suite]
Posté par Revista à 14:22 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
09 octobre 2008

La Double Inconstance, Marivaux

"Une jeune paysanne, Silvia, a été enlevée : elle est retenue dans le palais du prince car celui-ci l’aime, bien qu’elle soit déjà éprise d’un jeune homme de son village : Arlequin. Flaminia, une conseillère du prince, puis Trivelin tentent de rompre l’amour entre les deux jeunes gens. Contrairement à Trivelin, Flaminia réussit à gagner leur sympathie et leur confiance. Ainsi, Silvia lui avoue que, malgré son amour pour Arlequin, elle aime un officier du palais qui lui a rendu visite plusieurs fois. Mais, elle ignore qu’il... [Lire la suite]
Posté par Revista à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]