06 décembre 2008

Le désir dans tous ses états

René Char est celui qui désire, part en quête de l'abondance pourtant cette abondance est profondément paradoxale. Char aime l'harmonie des contraires mais comment  parvient-il à épouser une abondance stérile? Chez Dostoïevski, les personnages ne font pas l'amour et ainsi ne risquent pas d'enfanter. On court après Grushenka dans les Frères Karamazov mais on n'arrive pas à l'avoir. Tout cela donne le sentiment que la jouissance n'existe pas dans la fécondation mais dans le désir. Au fond si Dmitri et Fiodor sont prêts à donner... [Lire la suite]
Posté par Revista à 11:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 novembre 2008

La tâche qu'on ne peut effacer...

Je viens de voir chez Materlinck, puis chez Bernanos cette image d'une tâche que l'on ne peut effacer. On tente tout ce qui est possible pour la faire disparaître mais elle demeure. Elle symbolise une souillure, une corruption. D'ailleurs chez Dostoïevski dans les Démons, cette tâche va jusqu'à s'accroître et prend la forme d'une immense araignée rouge qui terrorise Stavroguine. On doit retrouver un même type d'image chez Shakespeare, dans Macbeth certainement avec le sang. Le sang se répand, atteignant jusqu'au visage du... [Lire la suite]
Posté par Revista à 10:28 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 novembre 2008

Le héros tragique

En lisant le commentaire de Rosa sur l'article précédent le héros, tragique comique, je me suis dit qu'il fallait que je trouve une image pour essayer de me faire mieux comprendre. Le héros tragique serait en fait comme un papillon c'est-à-dire un être voué à mourir dans un délai vraiment très bref (on va même jusqu'à parler de 24heures). Cet être tragique qu'est le papillon est regardé pour des raisons évidemment esthétiques, il rend heureux, fait courir les enfants et émeut les collectionneurs. Même si Phèdre émeut les... [Lire la suite]
26 octobre 2008

Le Grand Inquisiteur, Ivan Karamazov

Pour en savoir plus sur cette théorie, fondamentale dans les Frères Karamazov.
Posté par Revista à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 septembre 2008

Aliocha Karamazov

Aliocha Karamazov, le personnage christique du roman Les Frères Karamazov est d'emblée présenté par Dostoïevski comme le héros du roman. Il assiste Zossima, celui qui se mettra à genoux devant Dmitri Karamazov et lui prédira tel l'oracle dans la tragédie une destinée terrible. Dans les canevas de Dostoïevski, on apprend que si ce dernier avait eu le temps de mener à terme ses projets (Les Frères Karamazov est son dernier ouvrage), il aurait fait d'Aliocha un terroriste dans la lignée des Justes. Cette information éclaire d'une... [Lire la suite]
Posté par Revista à 17:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
10 septembre 2008

Unus quisque sibi Deum fingit

"Unus quisque sibi Deum fingit" (chacun se fabrique un Dieu) Dès lors, que se passe t-il si Dieu est absent comme l'avance Ivan Karamazov? Tout est possible... Les reptiles se dévorent entre eux... L'ordre universel est renversé. De cette "anarchos" (par souci d'éviter le terme anarchie) naît l'absurde. Et finalement, j'en arrive à dire que la liberté absolue est synonyme de la plus grande des absurdités...
Posté par Revista à 17:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 septembre 2008

Le personnage de Mister Eko dans Lost

Les producteurs de la série Lost, les disparus semblent particulièrement marqués par l'influence de Dostoïevski. Ils évoquent son oeuvre au cours de la saison 2 par le biais de John Locke, personnage lancé dans une quête, miraculé et sous le coup d'un handicap (réminiscence de l'épilepsie chez Dostoïevski). Ils ont crée un personnage typiquement dostoïevskien, celui de Mister Eko. Dans sa jeunesse, Eko vivait au Nigeria avec son frère Yemi (absence des parents) jusqu'au jour où un groupe de "rebelles" demande au... [Lire la suite]
Posté par Revista à 16:39 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
29 août 2008

Dostoïevski, L'Idiot, à propos de la peine de mort

Le Prince Mychkine (quel extraordinaire personnage!) donne la réplique et condamne la peine de mort (notamment la guillotine) : "Or ce ne sont pas les blessures qui constituent le supplice le plus cruel, c'est la certitude que dans une heure, dans dix minutes, dans une demi-minute, à l'instant même, l'âme va se retirer du corps, la vie humaine cesser, et cela irrémissiblement. La chose terrible, c'est cette certitude. Le plus épouvantable, c'est le quart de second pendant lequel vous passez la tête sous le couperet et... [Lire la suite]
Posté par Revista à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 août 2008

Les Frères Karamazov

Au moment où Dmitri Karamazov, après s'être fait arrêté dans une auberge, monte en voiture, il entrevoit un enfant qui grelotte de froid. Il crie à l'injustice, ne trouvant pas ça normal, se demandant comment le monde peut tolérer cela... L'image de l'enfant est symbole d'innocence chez Dostoïevski. Le crime effectué à l'encontre d'un enfant est la pire chose qui soit. Stavroguine se suicide pour avoir abusé d'une enfant, l'homme ridicule se met à rêver après avoir molesté une petite qui demandait de l'aide dans la rue pour sa... [Lire la suite]
Posté par Revista à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 août 2008

Nietzche, Dostoïevski et Claude Lorrain

On établit souvent des correspondances entre les oeuvres de Nietzsche et de Dostoïevski mais l'on ne soulignera jamais assez leur mutuelle fascination pour la peinture de Claude Lorrain. Ulysse remet Chryséis à son père Nietzche n'était pas un fervent admirateur de la peinture et, pourtant, lorsqu'il vit un tableau de Lorrain il fondit en larmes. Chez Dostoïevski, le personnage de Stavroguine, dans Les Démons, développe toute une vision d'un monde utopique à partir d'une vision d'un tableau de Claude Lorrain. Le motif de... [Lire la suite]
Posté par Revista à 12:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,